· news · poésie · musique · art · biographie · photos · contact ·

 

MATTHIEU LIMOSINO est un créateur polymorphe.

À la tête du groupe GOO GOO BLOWN (le bonhomme)[1] pendant plus de dix ans, il a forgé une écriture inspirée du romantisme et d’imaginaires tenant aussi bien des romans d’Howard P. Lovecraft, Philip K. Dick ou Théophile Gautier que des films de Tim Burton ou David Lynch. Il qualifie alors lui-même son univers de « noirceur haute en couleurs ».

À leur séparation, MATTHIEU LIMOSINO crée le projet pluridisciplinaire BLÄTTER FÜR DIE KUNST. Il compose plusieurs pièces musicales, errances sonores, la musique d’un spectacle, de plusieurs courts-métrages et écrit la bande originale du film The Man Who Sold the World, long métrage de Swel et Imad Noury [2]. Il propose également un ensemble de fétiches, masques et sculptures qu’il présente lors de nombreuses expositions collectives. Son travail est aussi utilisé à l’écran et dans quelques publications. Il réalise enfin un travail d’écriture autour de textes en vers et en prose.

Fort de cette expérience, MATTHIEU LIMOSINO travaille désormais sous son nom, un premier recueil de poèmes Prémices d'un après-goût, à la fois relecture de chansons écrites jusqu’en 2010, reprise de nombreux écrits laissés en jachères pendant parfois plus de quinze ans, et de nouvelles créations autour du temps présent, l’écriture, sa vie de famille et quelques fantaisies. 

Une mise en musique et en images de certains de ces poèmes est en préparation. Il travaille également au premier album de son projet PHARAONS NOIRS et poursuit parallèlement l’écriture de douze recueils plus thématiques.

[1] L’album Devilish FantaZiäh est sorti en novembre 2006 chez AZ/Universal et produit par Ian Caple (Tindersticks, Alain Bashung, Yann Tiersen…)

[2] The Man Who Sold the World en compétition en 2010 lors des festivals de Berlin, Stockholm, Marrakech et Dubaï.